> FAQs > Méthanisation > Quels sont les paramètres qui influent sur ce procédé?

Quels sont les paramètres qui influent sur ce procédé?

 

Les 4 paramètres qui influent sur le procédé de méthanisation sont :

 

  • Humidité

L’humidité du substrat organique, conditionne le mode d’homogénéisation et de mélange à mettre en œuvre dans le méthaniseur. Ce paramètre permet de distinguer les procédés de méthanisation par voie sèche de ceux par voie humide.

-    La méthanisation par voie sèche est la plus courante. Dans ce procédé, le méthaniseur est alimenté par un substrat dont la concentration en matières sèches (MS) se situe entre 15 et 40 %.  

- Dans le cas de la méthanisation par voie humide (essentiellement en développement sur les grandes installations), les déchets sont préalablement liquéfiés pour présenter un taux maximum de MS de 10 à 15 % ce qui implique souvent un recyclage des jus récupérés en fin de process.


  • Température

La température de fermentation dans le méthanisateur est un autre paramètre essentiel. En effet, la méthanisation peut être mésophile (autour de 35°C) ou thermophile (environ 55°C).

Les premières installations ont été conçues sur le mode mésophile, puis le procédé thermophile plus efficace en termes d’hygénisation, s’est développé. Le chauffage s’effectue généralement par circulation d’eau chaude sous différentes formes (enveloppe périphérique, paroi chauffante ou serpentins immergés). Une fraction de l’énergie thermique produite par la méthanisation est autoconsommée afin d’assurer la bonne température de réaction.

 

  • Ensemencement de la flore microbiologique

Pour une fermentation efficace, le substrat doit être ensemencé de façon homogène en flore microbiologique. Un temps de séjour minimal doit aussi être maintenu afin de s’assurer d’une bonne dégradation de la matière. En sortie de méthaniseur, une partie du substrat est donc réintroduite en tête pour augmenter le temps de séjour et recycler la masse épuratrice.

Dans les méthaniseurs dits « infiniment mélangés », l’homogénéisation est réalisée par injection de biogaz ou par pompage périphérique. En ce qui concerne l’alimentation des méthaniseurs, elle peut être continue (24 h/24 h) ou séquentielle (sur la journée par exemple).

En revanche, pour les méthaniseurs de type « piston », le substrat brut introduit agit en ‘poussant’ la matière en cours de traitement vers l’autre extrémité du réacteur.

 

  • Nombre de phases de méthanisation
La dégradation anaérobie des matières biodégradables peut être réalisée en une seule phase (mono-phasique) ou en dissociant les phases d’hydrolyse et de méthanogénèse (duo-phasique). Dans le cas d’une fermentation en deux phases, la cuverie est généralement conçue afin de permettre la réalisation de l’hydrolyse et de la méthanogénèse dans deux réacteurs distincts en série. Un tel dispositif permet, en théorie, d’optimiser les cinétiques biochimiques et d’aboutir à une production accrue de biogaz.


(Source: TSM, Vade-Mecum du porteur de projet de méthanisation des déchets des collectivités, TSM N° 4-2006)


snide_bas.png, 56 kB
Création de sites internet Advanced Informatique